La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

La compagnie 

 

 

 

Le « Théâtre des Astres » est créé en  2017 par Lara Boric - comédienne, metteure en scène issue de l’Académie de l’Union - et Jane-Lola Seban, toutes deux habitantes de Mortemart, aux pieds des Monts de Blond. Composée d’une troupe d’acteurs venus d’horizons divers, la compagnie rassemble une équipe de bénévoles sur la commune  - habitants qui aident à la logistique et l'accueil des artistes lors des résidences de création. 

 

Ligne artistique des créations : un Cycle Polonais autour de la méthode de Théâtre physique. 

 Les premières créations de la compagnie s’inspirent de pièces des auteurs polonais Witold Gombrowicz et Stanislaw Witkiewicz qui ont pour point commun la prise de conscience d'individus sur leur relation à la famille et au rôle qu’elle leur assigne. Pièces à texte avec de nombreux personnages, ces aventures théâtrales que sont Le Mariage (1946) et La Mère (1924) semblent avoir été écrites pour être lues car supposées « inmontables ». Elles offrent pourtant chacune de grands rôles et des challenges aux acteurs.trices, créateurs principaux dont le travail est considéré comme à la base de la recherche de la compagnie. Avec une méthode - sans cesse en cheminement - d’improvisation du geste théâtral, les acteurs.trices sont choeur et choryphée du mouvement scénique. Evoquant les pièces dansées, cette structure d’improvisation est minutieusement édifiée pendant les répétitions pour solidifier le propos de la pièce, de la mise en scène : seuls les rôles et le texte sont totalement immuables. Cette méthode fait appel à la spontanéité et la créativité des artistes, qui la mettent à l'épreuve lors des représentations.

Un travail d’adaptation des textes, de traduction (et une attention particulière donnée à l’oralité des langues slaves) révèlent un goût pour la littérature et la philosophie dans le Théâtre, mais un Théâtre vivant à travers le corps expressif et engagé des acteurs.trices. Dans Un Enfantillage, ils incarnent les personnages, la musique, le décors et l’atmosphère de la pièce ; dans La Mère 1924 (d’après Witkiewicz), les acteurs.trices sont aussi souffleurs et peuvent changer chaque jour la distribution des rôles. 

 

Travail de la compagnie autour des créations : formations et lien avec le territoire.

 Depuis deux ans la compagnie s'implique sur le territoire de Haute-Vienne grâce à un partenariat "résidence mission DRAC Nouvelle Aquitaine" avec les scènes conventionnées de Saint Junien et Bellac et propose des formes courtes, des lectures, organise des ateliers de jeu théâtral. La même méthode de recherche (adaptée) est utilisée avec les enfants, les adultes amateurs et les élèves de conservatoire (Poitiers), mais aussi les danseurs : Lara Boric intervient pour la compagnie chorégraphique Présomptions de Présences (Paris) qui travaille sur la composition instantanée. Avec la complicité de Mortemart tourisme en Limousin, le Chateau des ducs de Mortemart, la compagnie recevra en résidence d’été une artiste marionnettiste et des spectacles en été.  

  

A propos d’ Un Enfantillage…

 De la pièce Le mariage de Witold Gombrowicz et de l’histoire de retour du soldat, nous avons gardé le versant familial en nous posant cette question : comment la guerre reste-t-elle dans la mémoire d’une famille, de ses enfants, après même qu’elle soit finie ? Comment influence-t-elle les relations, les rôles à l’intérieur de cette structure sur laquelle est appuyée toute notre société ? Et quelle forme prend à notre époque cette guerre permanente qui se trame contre l’immateriel, la sensation de vivre, les relations invisibles et indiciblement belles ou cruelles qui nous lient aux autres ? Henri va de prise de conscience sur lui même en découverte de la réalité absurde des adultes : les Hommes se déforment les uns les autres dans une danse démente « (…) et à cette fausseté s’oppose un besoin ardent de vérité et d’authenticité - d’où sa souffrance, son anxiété, son désespoir », selon Gombrowicz lui même.